Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Consultez et participez

Retour à la liste

usine de tanin dite Société Nouvelle des Tannins de l'Ardèche ou Roubin et Cie

usine de tanin dite Société Nouvelle des Tannins de l

Patrimoine industriel et artisanal
Usines et ateliers

Commune : Lalevade-d'Ardèche

Date de construction : 1903

Architecte / créateur : Roubin (fondateur)

Résumé

Lalevade est la seule commune de France à compter deux usines à tannin sur son territoire. L'Ardèche, avec cinq usines (les autres se situent à Joyeuse, Saint-Sauveur-de-Montagut et Sarras) est le département français qui compte le plus d'usines à tannin. Vers 1914-1915, elle produit 5% des tannins français. Le fondateur de l'entreprise est M. Roubin en 1903 (on trouve aussi la date de 1900 sur une carte postale ancienne). En 1910, une seconde usine est ouverte à Joyeuse. En 1914, il crée la S...

Historique

Lalevade est la seule commune de France à compter deux usines à tannin sur son territoire. L'Ardèche, avec cinq usines (les autres se situent à Joyeuse, Saint-Sauveur-de-Montagut et Sarras) est le département français qui compte le plus d'usines à tannin. Vers 1914-1915, elle produit 5% des tannins français. Le fondateur de l'entreprise est M. Roubin en 1903 (on trouve aussi la date de 1900 sur une carte postale ancienne). En 1910, une seconde usine est ouverte à Joyeuse. En 1914, il crée la Société Anonyme des Tannins de l'Ardèche. En 1922, il emploie environ 50 personnes. Elle traite principalement le châtaignier mais aussi du chêne. Les extraits sont vendus sous la marque Le Sphinx. L'usine possédait apparemment des hectares de châtaignier, qu'elle reboisait progressivement pour pallier à l’inquiétude de disparition de la châtaigneraie sous l'effet des usines. Vers 1922, on manipule 100 tonnes de bois par jour pour produire environ 10 fûts d'extraits. La Société centre ses activités sur Lalevade après la fermeture de l'usine de Joyeuse en 1933-1934-1935. L'usine ferme en 1955. Quelques hangars sont conservés mais le bâtiment principal, très haut, que l'on voit sur les cartes postales anciennes a disparu. Ils semblent servir de stockage (bois, véhicules de loisirs), et peut-être de traitement du bois (découpe de bois de chauffage ?). La cheminée est conservée un temps, puisqu'elle est prise en photo par Antoine Picard en 2011 et publiée dans l'ouvrage de 2013. Aujourd'hui, elle a été détruite.

Description architecturale

Les bâtiments de l'usine correspondent aux trois halles d'un niveau, une halle s'élevant sur deux fois la hauteur des premières (avec un réservoir d'eau), une cheminée : ils sont visibles sur les cartes postales anciennes. Il est difficile de faire le lien avec le cadastre rénové de 1934, il semble que le site ait été régulièrement remanié. Une partie des bâtiments donnant sur la route faisaient également parties du site : bureaux ? logements ? Actuellement plusieurs halles ont été modifiées et rajoutées à l'arrière, la halle haute a été détruite, ainsi que la cheminée.

Commentaire :

PNR07127010

Monument historique : non

Ouverture au public : Non concerné

Calculer votre itinéraire


Date de mise à jour de la fiche : 0000-00-00

Sources

Auteur de la fiche d'inventaire : Océane Royon ; Vigné Flore

Copyright : © PNR des Monts d'Ardèche
Crédits photos : Géoportail, ADA, Cadastre.gouv, Googlemaps, Delcampe

Sources bibliographiques :

Géoportail, ADA, Cadastre.gouv, Googlemaps, Delcampe

Modifier cette fiche

Vous souhaitez proposer des modifications ou des compléments concernant cette fiche du patrimoine ?

Proposer vos modifications ou compléments

Rechercher un site Inventaire du patrimoine